Mes 3 théories sur la procrastination

13 avril 2020 0 Par Haude

Ça fait maintenant une semaine que je suis en vacances, ce n’était pas arrivé depuis début Novembre quand nous avons voyagé avec les parents de Léo en Indonésie. Bref depuis une semaine je lis énormement de choses sur la procrastination, et j’en ai conclus – pour le moment – 3 théories de la procrastination.

En fait j’ai eu comme une illumination ce matin. Je finisais ma séance de sport, et je me suis rendu compte que depuis une semaine, j’avais été super disciplinée en ce qui concerne le sport. Pas en ce qui concerne la bouffe par contre, j’ai encore un pancake a finir qui m’attend au frigo..

Bref, j’ai vécu une petite épiphanie.

Théorie numéro 1

L’échéance. Quand j’ai su que j’allais pouvoir prendre une semaine de vacances, je me suis dis c’est le bon moment de retrouver une routine de sport. Je me suis dis promis que 5 jours sur 7, je ferai mon sport avant 10h. La raison principale c’est que je me mange pas le matin – c’est une façon de faire très à la mode en ce moment #lejeûneintermittant. Personnellement ça fait genre 10 ans que je ne mange pas le matin, avec exception biensûr.

Du coup, il faut que je fasse mon sport tôt, car c’est juste après mon café que j’ai mon premier pique d’énergie.

Ceci étant dis, c’est avec succès que j’ai réussi toute cette semaine a faire mon sport directement après mon café.

Théorie 1 = validée

Théorie numéro 2

Le commencement. Cette théorie de la procrastination est plutôt simple. Le plus dur quand on doit faire quelque chose, c’est de démarrer. Vous devez sans doute voir ce que je veux dire.

Il faut que je nettoye mon frigo, tiens et si je regardais rapidement (30 minutes) Instragram. Il faut que j’aille chercher de la crème pour faire mon poulet ce soir, tiens ça fait longtemps que je n’ai pas regarder tous les albums photos datant de 2009 de ma copine Sarah sur Facebook. Il faut vraiment que je finise ce dossier au plus vite, je sais je vais commencer par me faire une to do list de tous ce que je dois faire dans les 2 semaines à venir..

Et ainsi de suite.

Commencer est souvent le plus dur, car on as ce sentiment de peur, de frustration, on ne sait pas ce qui nous attend.

Je l’ai expérimenté moi même ce matin. Avant d’écrire cet article, je me suis dis, tiens je vais prendre ma douche d’abord quand bien même je venais de vivre une épiphanie et que j’avais toutes les idées en tête. Et que soit dit en passant, je bosse de chez moi, donc bon la douche ..

J’expérimente cela au quotidien. A chaque fois que je dois entamer quelque chose de nouveau, j’ai l’impression que soudainement j’ai un million de chose plus importante. J’ai beaucoup lu sur le sujet et j’ai donc réfléchi à cette deuxième théorie de la procrastination.

Afin de ne pas rentrer dans ce cercle vicieux de « j’ai sans doute mieux à faire ». Je vais désormais m’imposer 2 petites régles.

Régle 1 : toujours essayer de commencer l’activité/ le travail au moins 10 minutes. Si au bout de ce temps, je n’ai toujours pas de concentraction, je cherche a faire autre chose. Je laisse de coté et j’y reviendrais quand j’aurais une échéance plus grande.

Régle 2 : Me donner une temps de travail complet. Je m’explique, souvent on ne commence pas quelque chose parce qu’on ne sait pas quand cela va finir, et inconsiemment ça nous fait peur, c’est le cerveau qui veut ça. Alors dorénavent je me donnerai toujours un temps : 1h, 2h ; une durée qui semble suffisante pour finir ou pour me satisfaire. Rome ne sait pas construit en un jour.

Théorie numéro 3

Passons à la théorie de la procrastination numéro 3. Il s’agit sans doute de ma préfére. Alors oui quand on est passionnée de quelque comme la procrastination, on est un peu bordeline.

Il s’agit ici des habitudes, ou plus exactement dans ce cas-ci, de la création d’une routine.

rou-tine : Habitude mécanique, irréfléchie, et qui résulte d’une succession d’actions répétées sans cesse.

Ici le mot que j’aimerai mettre en lumière : irréflechie. Votre cerveau vous contrôle, c’est un fait. A partir du moment où c’est votre cerveau qui prend le dessus alors il peut prendre des décisions soit rationnel, soit sous le coup de l’émotion.

Je devrais vraiment faire du sport, mais je n’ai pas regardé le dernier épisode de Mr Robot. Émotion.

Dans énormement de cas, votre cerveau prendra des décision sur le coup de l’émotion, du souvenir, du ressenti. Pour éviter ça, la perte de temps que ça crée, la procrastination que ça engendre, il faut avoir des routines. Des habitudes mécaniques irréflechies.

C’est aussi ce que j’ai fais avec mon sport, en plus de mettre donner une échéance de le faire avant 10h, j’ai créer une routine de le faire directement après mon café avant même de commencer autre chose.

J’espére que ces théories vous aideront à mieux gérer votre procrastination. Si vous avez d’autres théories de la procrastination, n’hésitez pas à commenter.

Je vous laisse sur une musique de Hans Zimmer as always et une photo de moi, pleines de coup de soleil, kiffant le coucher de soleil sur Bali.

moi ne réfléchissant sans doute pas aux théorie de la procrastination
Bali, Indonésie, Novembre 2019.